HOME  >  Nouvelles  >  Présidence Mondiale

Présidence Mondiale

Droit humain à l'éducation: horizons et significations dans l'après-pandémie Mercedes Mayol Lassalle





Droit humain à l'éducation: horizons et significations dans l'après-pandémie Mercedes Mayol Lassalle

 

Mercedes Mayol Lassalle, a donné des conférences à la XI Assemblée de CLADE, voici un bref compte rendu de sa présentation:

 

En plus de 70 ans d'existence, l'OMEP est devenue une référence mondiale dans la défense des droits humains des enfants de la naissance à 8 ans. Le travail de l'OMEP s'est concentré sur l'éducation en tant que droit et outil pour la réalisation d'autres droits: développement intégral, citoyenneté, bien-être et dignité de tous les garçons et filles du monde.

 

Au cours des sept dernières décennies, l'OMEP a contribué à rendre visible cette petite enfance en tant qu'étape fondamentale où commence la construction et le développement de connaissances, de valeurs, d'attitudes et de compétences qui ont un impact fondamental et durable tout au long de la vie de chaque être. Humain. L'OMEP propose une vision large de l'éducation de la petite enfance qui implique l'action des Etats, des familles et des communautés, dans des contextes variés, guidant l'éducation des plus jeunes vers la réalisation des droits de l'homme, la construction de paix et de citoyenneté active, le renforcement de la démocratie et le dépassement des inégalités et de la discrimination.

 

Pour atteindre ses objectifs, l'OMEP travaille dans divers domaines d'action, y compris le développement de la recherche et des connaissances pédagogiques, et le plaidoyer pour des politiques publiques visant à protéger et à promouvoir pleinement le droit humain à l'éducation, sans discrimination, en garantissant l'équité dans l'éducation. l'accès et la qualité, et disposer des ressources financières et matérielles nécessaires.

 

Depuis sa création en 1948, l'OMEP a un statut consultatif auprès des Nations Unies et de l'UNESCO. En 2014, l'OMEP obtient le statut consultatif spécial auprès des Nations Unies. Pour renforcer son action de plaidoyer, elle participe à des réunions et comités de la société civile du système des Nations Unies, ainsi qu'à des liens avec les gouvernements nationaux de plus de 70 pays dans la construction de politiques publiques ayant un impact direct et indirect sur la vie des garçons et des filles. Depuis l'approbation de l'Agenda Éducation 2030, l'OMEP s'est engagé à assurer le respect de l'ODD 4.2 en suivant ses progrès et en surveillant sa réalisation, ainsi que les investissements et les dépenses publiques, exigeant la transparence dans la gouvernance et les processus budgétaires.

 

L'action de l'OMEP est liée et imbriquée avec les réseaux et organisations régionaux et nationaux de la société civile, par exemple en Amérique latine, nous travaillons en solidarité avec CLADE. Dans la région, la petite enfance est très endettée. Cela coûte encore des bébés, des garçons et des petites filles; être pensés, interprétés, respectés, dignes, en tant que citoyens, sujets de droits. C'est la lutte de l'OMEP, c'est son drapeau, une longue lutte qui implique un travail engagé pour la reconnaissance de la citoyenneté de la petite enfance.

 

La planification de toute organisation de la société civile est fondamentale et dans l'OMEP, nous définissons quatre domaines stratégiques, qui bien sûr sont dialectiquement connectés les uns aux autres car nous ne pouvons pas faire de politiques sans savoir, sans avoir de fondations, sans connaître le sujet, sans savoir ce qu'elles sont. débats actuels; car il faut aussi savoir ce que les autres disent, par exemple en ces temps ce que dit le néolibéralisme sur l'éducation pour pouvoir réfuter, débattre et même pouvoir soulever d'autres conceptions épistémologiques contre-hégémoniques liées à la construction du savoir. Parce que pour nous à l'OMEP, la construction de la connaissance n'est pas une évidence, la connaissance n'est jamais évidente car c'est une construction historique et dynamique et à partir de là, nous sommes confrontés à la tâche de plaidoyer politique dans l'éducation. Et bien sûr aussi tout ce qui a à voir avec la socialisation de ces connaissances, avec la distribution, le partage, la consommation, le traitement de toutes ces connaissances avec: les familles, les éducateurs, les garçons et les filles, les institutions qui sont dédiés à la formation des enseignants et à d'autres acteurs concernés.

 

En d'autres termes, il existe une dynamique qui nous permet de construire des connaissances pour pouvoir faire une incidence solvable. Maintenant, cela ne pourrait jamais être un travail d'un ou deux, cela se construit entre tout le monde. En ce sens, je tiens à rendre une reconnaissance particulière aux collègues du CLADE qui nous ont tant appris à travailler notre plaidoyer politique. La relation avec la CLADE et ses membres, qui s'est construite à la fois au niveau régional et dans chacun des pays, nous enrichit dialectiquement. L'OMEP nourrit et apprend des campagnes d'éducation et collabore également à la construction du sens du travail total, étant donné que les parcours éducatifs commencent dans l'enfance mais se développent tout au long de la vie, de sorte que nous sommes tous responsable de la réalisation du droit à l'éducation.

 

C'est pour cette raison qu'avec CLADE nous avons rêvé ensemble et ensemble beaucoup de choses, nous avons rêvé par exemple et nous avons rendu possible la publication d'une étude sur l'éducation et l'accueil de la petite enfance en Amérique latine. Cela a permis d'élaborer une série de recommandations politiques adressées aux Etats et de continuer à plaider. Nous avons également précisé la campagne «Les droits dès le début» et d'autres initiatives conjointes.

 

Avec CLADE, nous partageons également différents sommets régionaux des ministres de l'Éducation organisés par l'UNESCO, travaillant à construire un lien, en faisant entendre la voix de la société civile qui n'est pas toujours entendue, étant donné le néolibéralisme qui existe dans nombre de nos pays d'Amérique latine. Le plaidoyer est un travail très difficile mais nécessaire qui demande du temps et de la persévérance. Dans nos sociétés, la reconnaissance effective des droits des jeunes enfants et des bébés à l'éducation et aux soins de la petite enfance (et par là je ne parle pas de scolarisation) est une dette exceptionnelle. L'Etat a la principauté de construire ces politiques et la société civile a la tâche d'exiger et de collaborer à leur construction.

 

L’autre proposition que nous avons élaborée ensemble est l’extension de l’Observation générale n ° 7 du Comité des droits de l’enfant, qui explique ce que sont les droits de l’homme dans la petite enfance. Dans ce document, il est nécessaire d'approfondir le droit à l'éducation dès la naissance.

 

Une autre question qui nous rassemble est le suivi des indicateurs et sous-objectifs qui composent l'ODD n ° 4. En particulier, la section 4.2 relative à la petite enfance montre une dislocation interne qui nous oblige à travailler sur son suivi, non seulement avec l'UNESCO mais aussi avec l'UNICEF et l'OMS, pour qu'elle devienne une politique concrète de la petite enfance et la garantie de leurs droits de citoyens.

 

Pour conclure, je réitère la joie de l'OMEP de faire partie de CLADE. Depuis le 1er janvier 2020, comme vous le savez, j'assure la présidence mondiale de l'OMEP, ce n'est pas facile, il y a des logiques différentes, notre organisation est très plurielle, mais sans aucun doute cette perspective latino-américaine enrichit le travail. L'originalité que nous, hommes et femmes d'Amérique latine, avons, et notre volonté en tant que tisserands et tisserands, d'assembler du matériel, des métiers à tisser, des sens et de l'espoir est sans aucun doute une contribution à la construction d'un monde meilleur pour notre enfance.

 

Merci beaucoup à tous.