HOME  >  Nouvelles  >  Voix de L'OMEP

Voix de L'OMEP

Racisme et développement de l’enfant

 

 


 

 

Racisme et développement de l’enfant


Avec mes yeux tournés vers les possibilités du XXIe siècle pour la compréhension et la paix mondiales, j’ai commencé ce bref discours sur l’effet du racisme sur le développement des enfants. Le but du 21ème siècle est que tous (les gens) s’assoient à côté de l’humanité enveloppée dans la vérité de ses propres réalités culturelles et historiques, sans excuses. L’inclusion de diverses perspectives est un moyen de comprendre et de résoudre les conflits humains. Cependant, le racisme est l’obstacle fondamental à cet idéal démocratique. J’imagine un monde (et j’espère que vous aussi) qui reconnaît l’adage africain, dans la diversité il ya l’unité.

 

Le racisme est associé à l’oppression. Elle affecte sa perception de soi et la perception des autres dans le monde. Le racisme affecte les contextes de développement et de développement,même lorsque la discrimination n’est observée que, perçue et non vécue.

 

Les enfants de quatre ou cinq ans connaissent de nombreux stéréotypes et perceptions raciaux. Ils commencent à former des préjugés au sujet des groupes ethniques. Bien que ces préjugés puissent diminuer lorsque les enfants atteignent leur prochaine année, ils apparaissent de nouveau dans l’interpolation. Cependant, à l’âge de sept ans, les enfants comprennent que les croyances stéréotypées d’une personne peuvent mener à la discrimination.

 

Les résultats de la recherche indiquent que seule la fourniture d’informations sur les groupes ethniques est insuffisante pour prévenir la discrimination. Lorsque les enfants dans divers contextes d’apprentissage perçoivent la discrimination, il en résulte des notes légèrement inférieures et des attitudes négatives plus élevées.

 

Les compréhensions raciales apparaissent chez les enfants qui disent : « Ils n’aiment pas ma couleur », espérons-le et, finalement, lorsqu’il est justifié de faire une attribution à la discrimination et non à eux-mêmes. Par conséquent, il est important que les enfants comprennent la discrimination sans l’exagérer. Les attributions négatives de rétroaction à la discrimination plutôt qu’à la capacité inférieure maintiennent la motivation, l’estime de soi et la capacité de traiter efficacement les résultats négatifs.

La capacité de percevoir la discrimination développe une forte identité raciale/ethnique positive. Malheureusement, les personnes ayant des notions idéalistes de relations raciales peuvent être moins en mesure de faire face à la discrimination raciale. En outre, lorsqu’il y a un manque de compréhension du racisme, la discrimination est exclue, ce qui conduit à une démonstration d’empathie faible ou faible.

 

En outre, le racisme affecte le bien-être physique des enfants, y compris le bien-être du fœtus. Le racisme peut conduire à un stress chronique qui entraîne des changements dans les niveaux d’hormones, ce qui peut causer l’inflammation, un indicateur initial de plusieurs maladies.

 

Racisme systémique

Le racisme systémique a un impact négatif sur les contextes du développement des enfants. Le racisme systémique existe lorsqu’un groupe racial ou ethnique par rapport à un autre a systématiquement un revenu plus faible (c.-à-d. malgré une éducation similaire), par exemple. Un autre exemple est qu'il peut y avoir cohérence dans l'expérience d'écoles médiocres (inadéquates), de soins de santé médiocres (inadéquats), plus de chômage ou de sous-emploi, moins de possibilités de posséder une maison, des taux d'intérêt hypothécaires plus élevés, moins d'accès à l'eau potable, plus suspensions scolaires et plus d'incarcération. La cohérence d'une ou plusieurs de ces disparités exerce une pression plus forte sur les familles et, par conséquent, des expériences plus fortes et pleines de tension dans le contexte du développement de l'enfant.

 

Le racisme affecte négativement le développement et entrave l’idéal de compréhension et de paix du XXIe siècle dans le monde. En tant que mères, pères, sœurs, frères, cousins, oncles, tantes, parrains et grands-parents, nous ne pouvons pas respirer en tant que famille mondiale tant que la maladie du racisme n’est pas éradiquée.